Annette VETEAU

Psychologue Clinicienne

07 78 82 56 05

Accueil

Ma Pratique Clinique

Qui peut consulter ?

Titulaire d’un Master 2 en Psychologie Clinique, je détiens le titre de Psychologue Clinicienne qui me permet de pratiquer la psychologie en cabinet libéral.

Toutefois, la démarche de psychothérapie n’est pas limitée aux personnes présentant des troubles de santé mentale, et tout un chacun peut être amené à consulter à un moment de sa vie du fait de raisons diverses.

Pourquoi consulter ?

Les motifs de consultation d’une psychologue libérale sont très vastes. Les difficultés qui amènent une personne à prendre un premier rendez-vous peuvent être de plusieurs ordres :

  • Un changement d’humeur ou de comportement : moins d’énergie et de motivation, plus d’émotions négatives, de l’irritabilité, un changement de personnalité, des changements d’alimentation ou de sommeil... Qu’il soit soudain ou progressif, un changement d’humeur ou de comportement est souvent le signe d’une difficulté ou d’un mal-être. Une première rencontre sera l’occasion d’identifier les changements, leurs origines et les conséquences qui les accompagnent, et de réfléchir ensemble à une prise en charge adaptée à la situation dans sa globalité.

  • Un évènement stressant ou soudain face auquel vous vous sentez démunis : accident, maladie, séparation, deuil, déménagement… il n’est pas toujours évident de naviguer le « pendant » et l’ « après » d’un évènement auquel nous ne sommes pas préparé. Dans ces situations, il ne s’agit pas nécessairement de la mise en place d’un travail psychothérapeutique mais parfois simplement d’un processus de mise en sens de la situation ou de prise de décision qui vous permettra de trouver vos outils pour faire face et avancer.

  • Un sentiment d’épuisement : que cela soit dans le cadre professionnel, familial ou autre, si vous avez le sentiment d’être à bout de nerf et/ou sans énergie, il est possible que votre situation actuelle puisent dans vos ressources de telle sorte que vous soyez à l’aube d’un burn-out ou d’un épisode de trouble psychique. Identifier vos besoins et vos ressources pour y répondre peut permettre de prévenir une évolution négative de la situation et de vous aider à retrouver un équilibre qui vous convienne.

  • Un sentiment d’être bloqué, de ne plus savoir avancer : Qu’il s’agisse d’une décision qu’on ne sait pas prendre, d’une situation source de souffrance de laquelle on n’arrive pas à sortir, ou d’évènements du passé qui semblent ne pas vouloir nous laisser tranquille, il est très fréquent qu’une personne se trouve « bloquée » à un moment de sa vie. Echanger avec un psychologue peut alors permettre de comprendre la situation, de déterminer les choix qui nous conviennent et de trouver de nouvelles voies dans lesquelles avancer.

  • Des signes de rechute : que vous ayez déjà reçu un diagnostic ou non, lorsque vous sentez la réémergence de symptômes d’un trouble passé, il est important de pouvoir le prendre en charge au plus vite pour éviter la dégradation de la situation. La prévention de la rechute est un aspect essentiel du travail psychothérapeutique, et cela nécessite parfois de voir ou revoir un-e professionnel-le dès que vos signaux d’alerte se mettent en route.

Si ces difficultés peuvent paraitre très générales et abstraites, c’est que le mal-être peut se manifester de manière différente chez chacun, et qu’il n’existe pas un profil unique qui nécessite une prise en charge, mais des situations diverses face auxquelles un regard extérieur et professionnel peut amener un mieux-être.

milieu

Comment se déroule un suivi psychologique ?

Le format et le contenu d’un suivi dépend grandement de la personnalité du/de la praticien-ne ainsi que de ses approches théoriques. Ainsi il n’est pas rare qu’un-e patient-e soit insatisfait-e du travail entamé avec un-e professionnel-le et se tourne vers un-e collègue avec qui les choses se passeront bien mieux. La meilleure façon de savoir si un-e praticien-ne vous convient est de vous demander si vous lui faites confiance et si vous avez l’impression de progresser dans votre démarche. Si la réponse à l’une de ces questions est non, il est possible que vous n’ayez pas encore rencontré le/la professionnel-le qui vous convient.

En ce qui me concerne, j’ai une approche de la psychologie intégrative, collaborative et centrée sur les ressources.

Une approche intégrative

Cela signifie que j’utilise dans ma pratique des outils théoriques et thérapeutiques issus de plusieurs écoles de pensée de la psychologie. Spécifiquement, je me réfère aux approches TECC, systémique, humaniste et narrative.

  • Les Thérapies Emotionnelles, Cognitives et Comportementales : sont une branche de la psychologie qui s’intéresse aux liens entre les émotions, les pensées et les comportements d’un individu, et cherche à modifier les émotions, pensées et comportements identifiés comme «problèmes » en identifiant leur fonction dans le psychisme et l’environnement de l’individu et en proposant des alternatives plus adaptées et efficaces.

  • La psychologie systémique : considère qu’un « problème » n’est jamais issu d’un individu seul mais qu’il a une fonction dans l’interaction entre l’individu et son contexte social et/ou familial. La thérapie systémique cherche donc à modifier les modes de communication, les règles relationnelles et les rôles attribués à chacun au sein d’un système (couple, famille, institution, etc.) pour apporter plus de souplesse et permettre au « problème » de ne plus être nécessaire au fonctionnement du système. Toutefois, l’approche systémique peut également être utilisée en thérapie individuelle, en amenant une personne à questionner ces interactions et à apporter des changements dans son propre comportement qui auront des répercussions sur le système dont elle fait partie.

  • La psychologie humaniste : fait le postulat que chaque personne a le potentiel d’évoluer positivement si elle fait des choix autodéterminés et authentiques. Les thérapies humanistes sont basées sur la bienveillance inconditionnelle et la non-directivité. L’objectif thérapeutique principal est d’accompagner le/la patient-e dans l’interrogation de ses représentations et dans la recherche de solutions plus créatives qui permettent de développer ses potentiels et atteindre un mieux-être.

  • L’approche développementale : est une approche thérapeutique qui se base sur la théorie de l’attachement. La théorie de l’attachement définit les styles d’attachement développés dans la petite enfance en interaction avec les adultes « caregivers » et l’impact que cet attachement infantile a sur le développement de la vision de soi et du monde, et donc sur les modes de fonctionnement psychique et relationnel à l’âge adulte. Ainsi l’objectif thérapeutique est de créer un espace sécurisant au sein duquel le/la patient-e va pouvoir expérimenter de nouveaux modes relationnels.

  • Enfin l’approche narrative : est une approche postmoderne qui ne cherche pas à identifier de « problème » chez l’individu ou de « vérité » sur sa vie, mais à redéfinir les histoires de vie et les difficultés actuelles en des termes nouveaux qui permettent au/à la patient-e de reprendre possession de son histoire et de reprendre action sur sa vie actuelle et future.

Une approche collaborative

Comme chaque professionnel-le, je travaille au sein d’un cadre fixe, consistant de mon lieu d’exercice, de mes horaires, de mes tarifs et des règles de déontologie qui régissent ma pratique. Cependant, je pars du postulat que chacun est l’expert de soi-même. Ainsi la construction du travail thérapeutique au sein de ce cadre fixe se fera ensemble au fur et à mesure des séances et c’est au sein de cette conversation que nous choisirons les approches et les outils qui vous conviennent.

Par ailleurs, la fréquence des rendez-vous est variable et sera déterminée ensemble lors du premier rendez-vous en fonction de vos attentes, de vos besoins, des objectifs thérapeutiques déterminés ensemble et de nos disponibilités respectives, et pourra être réévaluée dès que besoin.

Une approche centrée sur les ressources

Souvent quand une personne va mal ou se sent bloquée, elle a tendance à se concentrer sur élements négatifs et à se sentir désespérée et incompétente. Pourtant nous avons tous des forces et des ressources qui peuvent être de très bons outils de changement quand nous arrivons à les mobiliser. En tant que thérapeute, mon objectif est de vous accompagner dans l’identification et le développement de vos ressources internes et externes (c’est-à-dire celles qui vous sont inhérentes et celles qui sont disponibles dans votre environnement) dans la perspective de vous permettre de devenir plus autonome dans la gestion de votre santé mentale.

La profession de psychologue étant soumise au secret professionnel, les contenus de nos entretiens et contacts sont confidentiels. Toutefois, il me semble dans certain pertinent d’inclure dans notre démarche thérapeutique des personnes ressources, typiquement les parents pour les personnes mineures et les médecins traitant-e-s, mais parfois également d’autres professionnels de santé et membres de la famille. Cette démarche se fera toujours avec votre consentement, et en votre présence en ce qui concerne les personnes non-professionnelles. Les conditions exceptionnelles de levée du secret professionnel que sont les situations de danger imminent et les situations de maltraitance infantile en cours seront discutées lors de notre premier rendez-vous.